Vous avez dit démocratie ?

Les images des violences ayant secoué la Catalogne n’ont échappé à personne… En confisquant les urnes, en fermant des bureaux de votes, en choisissant la fermeté et la répression, l’Espagne a tenté de museler, par la force, une partie de ses concitoyens. Même si personne ne conteste l’illégalité de ce référendum et les responsabilités du gouvernement catalan dans ce pugilat, Madrid a perdu tout crédit pour exposer ses arguments. Il est impossible de défendre, ni même de comprendre, l’attitude et la stratégie du gouvernement Rajoy dans la gestion de cette crise. Le silence assourdissant de l’Europe et de la grande majorité de ses dirigeants en dit long sur la complexité et l’embarras suscités par la réponse choisie par les autorités espagnoles. Plus que la Catalogne, plus que l’Espagne, c’est la démocratie elle-même qui a perdu et a été bafouée ce dimanche 1er octobre. Le réveil est encore difficile. Reste à l’Espagne et à l’Europe de se saisir de cet échec pour sauver ce qui peut encore l’être…