Victimes soutenues… Mais pour combien de temps ?

Il y a quelques jours, nous apprenions la fermeture de l’usine d’Arcelor-Mittal à Liège : elle engendrera la suppression de plus de 1.300 emplois. Aujourd’hui, ces travailleurs, victimes d’un système qu’ils n’ont pas choisi, vont aller rejoindre les milliers de chômeurs que compte déjà notre pays. A l’annonce de la nouvelle, politiques et citoyens se sont indignés contre cette décision et ont apporté leur soutien aux travailleurs et à leurs familles. Si cet élan de solidarité mérite d’être relayé, une question se pose. Combien de temps durera cette grande solidarité avant que les victimes d’aujourd’hui, devenues chômeurs, ne soient à nouveau pointés du doigt et taxés d’assistés et de profiteurs du système, par ceux-là même qui affichait leur solidarité ?