Vers un Schengen plus solidaire ?

Il y a trente ans, l’Accord de Schengen était signé par cinq pays. Cette ouverture des frontières, qui s’étend aujourd’hui à 26 états, devait d’emblée s’équilibrer par un renforcement de la coopération et la mise en place de règles communes entre les pays. Mais, aujourd’hui, force est de constater que des lacunes dramatiques subsistent autour de la problématique de l’immigration. Tous les regards sont désormais tournés vers l’agenda européen sur la migration, soumis il y a peu par la Commission européenne, et les propositions que celui-ci contient pour un accueil et une répartition plus solidaires des demandeurs d’asile. Espérons que les états se laissent inspirer par « cette promesse de liberté que représente la libre circulation non seulement pour les Européens mais pour tous » !