Unité nationale de la jeunesse : 20 organisations de jeunes pour dire #loipeetersnonmerci

« Aujourd’hui précaire aux études, demain précaire avec la loi Peeters ».
« 6 travailleurs à 45h/sem, c’est 1 emploi créé en moins pour les jeunes ! ».

Voici quelques-unes des pancartes portées par les 20 organisations de jeunesse, à l’origine de la « coalition des jeunes pour le retrait de la loi Peeters ».

Les 20 organisations de jeunesse, dont les Jeunes CSC et le CJC, étaient réunies ce vendredi devant le cabinet Peeters pour porter un message commun et présenter leur appel pour le retrait de la Loi Peeters : « En tant que jeunes, nous refusons d’être contraints à travailler plus pour gagner moins et vivre moins bien. Nous refusons d’être réduits à une simple force de travail qui n’a plus de temps à consacrer à sa vie familiale, à des activités culturelles, sportives et citoyennes à cause d’horaires hyper-flexibles. Nous ne serons pas la génération burn-out, la génération sans vacances, la génération des dépressions et du mal-être qui découle de conditions de travail et d’une vie sociale et culturelle pauvre (…) ».

La coalition des jeunes s’oppose à l’augmentation du temps de travail et à la semaine de 45h à 50h. Ils sont contre l’augmentation du chômage des jeunes et le travail intérimaire à vie, synonyme de « garantie précarité ».

« L’une de nos contre-propositions est la réduction du temps de travail objectif pour être plus nombreux à travailler moins, afin de pouvoir tous ensemble vivre mieux et profiter de la vie », indique Ludovic Voet, Responsable National des Jeunes CSC.

« Ce mouvement de jeunes est historique », explique Johanna Mulumba, permanente nationale chez les Jeunes CSC : « C’est la première fois qu’autant d’organisations de jeunesse francophones et néerlandophones s’emparent de cette façon d’un débat politique de société. C’est un signal fort de la jeunesse ! ». Parmi les organisations de jeunesse participantes, il y a les jeunesses syndicales, des jeunesses politiques, des associations d’élèves du secondaire et du supérieur, des mouvements de jeunesse.

Un calendrier d’actions est discuté pour organiser un large mouvement de la jeunesse contre la loi Peeters. « Nous sommes déterminés, cette nouvelle réforme est une attaque historique contre les conditions de travail… Travailler plus longtemps (jusqu’à 45h, au lieu de 38h) ne créera pas d’emplois, c’est une aberration ! », souligne Ludovic Voet.

De la même manière qu’en France contre la réforme du travail (Loi El Khomri) où la jeunesse s’est montrée précurseur du mouvement d’opposition, les jeunes Belges vont eux aussi devoir agir : sensibiliser, organiser et mobiliser un large mouvement de jeunes contre le plan de réforme du Ministre de l’Emploi Kris Peeters. « Face aux attaques du gouvernement sur l’ensemble des travailleurs et de la jeunesse, nous, élèves, étudiant.e.s, jeunes travailleur.se.s, jeunes chômeur.se.s, appelons tou.te.s les jeunes à se mobiliser pour le retrait du projet de loi Peeters. »

Aurore Joly
Chargée de communication – Jeunes CSC
aurore.joly@acv-csc.be

Rejoignez le mouvement sur Twitter et sur Facebook :
• facebook.com/coalitionjeunes
• twitter.com/CoalJeunes

Les organisations membres de la coalition : ABVV-jongeren, Jeunes FGTB, ACV-jongeren, Jeunes CSC, FreeZbe – ACLVB jongeren, FreeZbe – CGSLB jeunes, Fédération des Etudiants Francophones (FEF), Union des Etudiants de la Communauté Française (Unécof), Jeunes organisés et combatifs (JOC), Kristelijke Arbeidersjongeren (KAJ), Comac, Ecolo-J, Jong Groen, Conseil de la Jeunesse Catholique (CJC), Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), Jongsocialisten, ProjeuneS, Faucons Rouges, Latitude Jeunes, Comité des Etudiants Francophones (CEF).