Tu t’es vu quand tu veux être élu !

En cette période électorale, Internet regorge de vidéos et d’affiches croustillantes, publiés par des futurs candidats ! Curieuse de voir jusqu’où certains peuvent aller pour être élus, j’ai consulté la page Facebook très justement intitulée « Le meilleur du pire des élections communales et provinciales 2012 ». Des électeurs y postent une série de merveilleuses perles ! C’est vrai qu’en termes d’humour, on rigole ! On se livre à des réflexions du type « Tu as vu l’image du gars avec ce slogan ? » Ce qui déclenche très souvent l’hilarité générale. Pourtant lorsque le dernier éclat de rire s’estompe, on s’interroge : « n’est-il pas urgent de sensibiliser nos concitoyens à l’importance d’un vote mûrement réfléchi ? »

Si l’objectif de ces candidats est qu’un maximum de personnes parlent d’eux en un temps record, il est atteint ! D’autant plus qu’ils peuvent compter sur Internet comme allié. Par contre, si aujourd’hui faire parler de soi (de façon parfois très douteuse) permet de se faire élire, lors, cela me pose problème par rapport à la démarche de vote. Car si des gens se sont battus pour permettre aux citoyens de s’exprimer, c’est pour défendre des idées et des valeurs démocratiques. Le but des élections communales n’est – il pas d’élire des femmes et des hommes dignes de nous représenter ? Des gens capables de porter notre parole de citoyen, capables quand il le faut « d’aller aux front » pour défendre nos intérêts ? Il est donc important de pouvoir différencier les véritables citoyens engagés pour leur commune ou province de ceux qui font et proposent n’importe quoi. Une dérive pour ces candidats, c’est qu’ils sont certainement pleins de bonne volonté, mais que leur vidéo ou photo les dessert complètement.

Certains d’entre nous ne feront malheureusement pas preuve du recul critique nécessaire tandis que d’autres, peu férus de technologies, auront davantage conscience des dérives liées aux médias. Il est du ressort des citoyens de choisir ces personnes par rapport à leurs compétences et non par rapport à leur notoriété ou à leur « spots publicitaires » ou autres promesses grivoises. Car une fois l’euphorie de la campagne électorale passée, les choses sérieuses commencent. C’est à ce moment-là que l’on attend de nos dirigeants qu’ils se montrent efficaces dans la défense de nos intérêts et la gestion de la commune. Et dans ce cadre, on ne peut plus juste se raccrocher à son image, son côté authentique, son amateurisme candide. Quand on est élu, on rend des comptes.

Peut-être oublions- nous trop souvent qu’en Belgique, nous avons la chance de pouvoir choisir nos dirigeants. Certes, nous ne sommes pas toujours satisfaits de la façon dont les choses se passent mais nous avons le devoir de le dire et d’agir en CRACS, en citoyen qui pourra faire la part des choses entre le rire et le choix conscient.

Utiliser tous les moyens de communication et toucher un maximum de personnes dont les jeunes qu’on considère parfois comme inactifs en politique est louable. Mais pas à n’importe quel prix ! Aujourd’hui à la place de prendre les élections pour un jeu ou un concours du plus original, ne devrait-on pas leur redonner du sens et une image positive ? N’hésitez donc pas à consulter les programmes de vos partis locaux et d’aller voter en pleine conscience CRACS !

Débora Ghislain
Permanente Pédagogique de Résonance asbl
debora.ghislain@resonanceasbl.be