Tiens bon, Paul !

La saga de la signature du CETA – le traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne – et plus particulièrement le refus de la Wallonie de signer le traité dans son état actuel, ont mis le Sud du pays sous les feux de la rampe ce week-end. Justifié par un travail parlementaire de grande qualité, le refus du gouvernement wallon, partagé par le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, fait tâche même s’il ne peut être considéré comme une surprise. L’ambition de la Wallonie, et de son chef de file Paul Magnette, n’est pourtant pas d’enrayer définitivement la signature du traité mais bien de se donner le temps de rouvrir les négociations en vue d’aboutir à un traité plus équilibré et respectueux. Néanmoins, la bravoure de la petite Wallonie face aux géants européens et canadiens, et même face aux récriminations du gouvernement fédéral ou de ses homologues flamands, mérite d’être soulignée. Les mots de Patrick Dupriez, coprésident d’Ecolo, semblent donc plus qu’appropriés : tiens bon, Paul !