Quand la stratégie publicitaire se colore de noir, jaune, rouge ...

Partout, partout, partout ! Ces trois couleurs prennent possession de nos voitures (qui n’a pas encore rencontré un véhicule orné de magnifiques chaussettes ?), de nos écrans, de nos magazines… Mais elles s’invitent également dans les grandes surfaces sous les formes les plus diverses (cuberdons, glaces, décapsuleur...) ainsi que dans les boutiques de vêtements (maillots, tee-shirt, lunettes...).

Une équipe qui construit une identité d’appartenance ...

En Flandre tout comme en Wallonie, les façades s’habillent du drapeau national. Ce symbole fort reflète un sentiment d’appartenance plutôt rare dans notre pays où les manifestations d’identité nationale sont peu recherchées et revêtent un caractère exceptionnel. La Coupe du monde possède donc ce mérite d’ouvrir une parenthèse, un moment de répit dans les querelles communautaires, elle relègue même en arrière-plan les négociations obscures et parfois douteuses entre partis tout comme elle nous fait oublier (au moins pour un instant) la popularité grandissante de Bart De Wever.

Ce réveil patriotique éphémère (n’oublions pas qu’il s’est construit suite aux succès des Diables) a néanmoins un coût...

... A un certain prix !!

Si le succès est au rendez-vous, on peut présupposer que cet enthousiasme populaire ira grandissant de même que le nombre de rétroviseurs élégamment vêtus des logos de Maredsous, la DH, Devos Lemmens et autres marques : accessoires non pas gratuits (comme on l’entend souvent dire) mais liés à une stratégie publicitaire bien orchestrée.

Les Belges seront également de plus en plus tentés par les produits affichant ces trois couleurs emblématiques... Pour être dans le coup, il faudra proposer des barbecues agrémentés d’apéritifs aux cacahuètes tricolores ; assurer la mise à feu par un charbon de bois hyper performant parce qu’enfermé dans un sac aux couleurs des Diables et arroser le tout d’une bière dont il n’est plus nécessaire de citer le nom...

Néanmoins, en terme de marketing, la palme revient, sans aucun doute, à une chaîne de magasins bien connue qui vous rembourse votre télévision si la Belgique atteint la finale de la Coupe (N’oublions pas que le Mondial est l’occasion pour les vendeurs de TV de réaliser une fameuse augmentation de leur chiffre d’affaire).

Cette stratégie nous incite à consommer davantage ou à acheter des produits sur lesquels notre attention ne se serait sans doute pas portée auparavant : manger diable, boire diable, se vêtir diable... Autant de manifestation d’un chauvinisme exacerbé et exacerbant pour nos malheureux portefeuilles !

Un consommateur averti en vaut deux !

Le football, n’en déplaise à certain(e)s, demeure donc un puissant catalyseur de valeurs positives telles que le partage, la communion d’esprit, l’intégration de tous... Surfer sur la vague de cet engouement footballistique populaire est donc naturel et compréhensible : toutes les marques souhaitent y associer leur image afin d’en retirer un bénéfice subséquent.

Cependant, ne soyons pas dupes et sensibilisons les jeunes qui nous sont confiés à la nécessité de rester des citoyens solidaires certes mais aussi responsables et critiques... tout en demeurant des consommateurs avertis...

Florence Vandesteene
Permanente pédagogique
florence.vandesteene@resonanceasbl.be