Menacé en son propre pays

On a l’habitude de se sentir en sécurité, en confort chez soi. L’homme a bâti son habitacle en fonction du relief et s’accommode du froid, des inondations, des intempéries comme il le peut. Mais comment se sentir quand une usine nucléaire, qui fournit l’énergie nécessaire au quotidien, se transforme en plus grosse menace que tout le reste ? On fuit. Et le reste du monde regarde, effrayé et compatissant. Parce que cela pourrait arriver aussi en Europe.