Ma liberté d’expression s’arrête où commence celle des autres...

Cette semaine, les médias se sont une nouvelle fois penchés sur la question très épineuse des limites de la liberté d’expression. En Europe, cette liberté est un droit fondamental. Mais est-ce une raison suffisante pour dire tout ce qui nous passe par la tête ?

L’actualité regorge d’événements permettant à chaque citoyen de prendre position pour ou contre un fait ou une situation. Une bonne occasion d’exercer son droit de s’exprimer. Car, rappelons-le, l’expression est un droit reconnu par la Convention Européenne des Droits de l’Homme, dont l’article 10 stipule que toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées...

Pourtant, on oublie trop rapidement que le texte dit également que l’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi...prévoyant ainsi la protection des personnes, des groupes et des valeurs, mais aussi la protection de l’Etat.
Plusieurs exemples sont à pointer dans l’actualité, montrant que les limites de cette liberté sont parfois bien difficiles à appréhender. Notons deux exemples :

Le premier concerne les tout récents propos tenus par un météorologiste médiatisé sur sa page facebook. Sans préjuger de l’honnêteté de la personne, il est difficile de nier que ces propos ont un caractère raciste. Pourtant, loin d’être condamnés par tous, ceux-ci enflamment les sites de commentaires et les réseaux sociaux autorisant l’expression de propos bien plus déplacés encore, de manière totalement décomplexée.

Le second exemple n’est autre que le débat lié au mariage pour tous voté par le parlement français. Ce débat reconnu comme nécessaire, a offert une tribune ouverte et libre à des propos stigmatisant clairement une partie de la population. L’aisance avec laquelle certains ont tenu un discours totalement affiché homophobe est déconcertante.

Et internet dans tout ça ?

Il y a une chose qui peut nous partager, ce sont les commentaires des internautes à un article de presse : soit cela nous amuse, soit cela nous énerve ! En effet, aujourd’hui, de mon fauteuil, je peux m’exprimer sur une thématique, répondre ou commenter un article de presse aussi facilement qu’en discutant avec les gens assis à côté de moi. Pourquoi m’en priver ? La bataille est déclarée entre ceux qui proclament le droit de s’exprimer sans limites et ceux qui souhaitent que les propos soient régulés par une autorité, voire par les internautes eux-mêmes.

Il est donc clair que la toile joue un rôle important pour étendre la liberté d’expression. Construire son réseau en utilisant la toile, faire entendre sa voix… Oui pour peu que l’on empreinte celle du respect !

Pascale Tielemans
Permanente pédagogique Résonance asbl
pascale.tielemans@resonanceasbl.be