Ma lettre à Saint-Nicolas pour les Volontaires !

Cher Saint-Nicolas, le volontaire… est le nerf de l’action et de la vie dans de nombreuses organisations de jeunesse mais aussi plus largement dans le monde associatif en Belgique. Actuellement, le volontaire se professionnalise et, est de plus en plus, accompagné pour remplir des fonctions ou missions spécifiques mais j’aurai une demande particulière pour lui ;)

Recenser le nombre de volontaires en Belgique n’est pas chose aisée. Si on croise différentes études et recensements, on peut dire qu’entre 10 à 14 % de la population est impliquée dans des activités volontaires soit entre 1 million et 1,4 million [1]. En Fédération Wallonie-Bruxelles, ce sont près de 700 000 volontaires dénombrés [2]. Ces chiffres sont sujets à beaucoup de variables : la population étudiée, la définition du volontaire utilisée… Mais quoi qu’il en soit ce n’est pas négligeable.

En parallèle, la demande de volontaires augmente que ce soit pour des événements ponctuels (festival, marché de Noël, fête locale …) ou pour des investissements plus longs (formation, gestion de projets, etc.). Cette augmentation de l’offre permet au volontaire d’être plus sélectif dans son choix ou encore de se réorienter dès que le cœur lui en dit, à la moindre contrainte ou en fonction de l’évolution de ses priorités, aspirations ou de son parcours de vie. Ce phénomène de zapping est encore plus vrai auprès des jeunes (cette fameuse génération Y – Z et il doit sûrement déjà en avoir une nouvelle ;).

Pour répondre à cette dispersion possible du volontaire et à la variété de l’offre, les organisations ont mis en place des stratégies pour trouver les ressources humaines nécessaires mais aussi et surtout les garder. Quelques pistes :

  • Au niveau du recrutement : une commande et un investissement clair du volontaire, une philosophie et les valeurs identifiées, montrer la plus-value apportée par l’investissement…
  • Au niveau du suivi du volontaire : le remercier, lui permette de progresser au niveau personnel mais également au niveau de l’organisation, lui proposer régulièrement de nouvelles missions, lui donner la parole et le pouvoir de prendre des décisions, lui renvoyer un feedback….

Si tu es dans une organisation de jeunesse, tu dois surement te retrouver dans cette démarche. En effet, dans la gestion des ressources volontaires, les organisations de jeunesse.- sont très expérimentées et ont depuis longtemps mis en place, consciemment ou non, la plupart des ingrédients qui permet au volontaire de rester et de progresser. Quelques exemples de cheminements possibles (il en existe plein d’autres) :

  • Dans nos projets : il l’alimentera, le réalisera puis, petit à petit, il prendra de plus en plus de responsabilité et décidera (ou se verra proposer) d’en prendre la coordination. Coordination sur laquelle il pourra échanger dans d’autres lieux avec d’autres coordinateurs et pourquoi pas, devenir coordinateur de ce lieu d’échange…
  • Un volontaire deviendra animateur, puis responsable du groupe d’animateurs, ce qui évoluera vers le rôle de formateur pour pouvoir partager son expérience, puis, riche de cette expertise pourquoi ne pas devenir formateur de formateur…
  • Le volontaire a la clef des instances de décision : présent dans nos assemblées générales, nos conseils d’administration…

Et à chaque fois, des accompagnements, des outils ou encore des formations sont mis en place pour permettre au jeune de progresser et d’être outillé dans cette nouvelle responsabilité. Et voilà comment un jeune, ne sachant pas trop quoi faire et cherchant juste à suivre un ami ou à s’occuper une fois de temps en temps, se retrouve président d’une organisation de jeunes, coordinateur pédagogique de l’association ou en devient le porte-parole devant les instances politiques, ce qu’il fait avec brio car l’encadrement, l’accompagnement sera présent.

Mais force est de constater que si les O.J. ont de bonnes clefs pour accompagner un volontaire et en faire un C.R.A.C.S. en puissance, il arrive parfois d’en oublier, pris dans une spirale d’efficacité et d’actions, l’essentiel…

Voilà pourquoi Saint-Nicolas, même si je sais que tout le monde y pense et se dit qu’il va le faire, je te demande de proposer à tous nos volontaires, lors d’une prochaine rencontre, un moment uniquement destiné à s’amuser et prendre du plaisir !

Envie d’aller plus loin sur le sujet du volontaire :
http://www.levolontariat.be/
http://www.cesep.be/ETUDES/ENJEUX/processus_engagement_volontaire.pdf
http://www.urls-montreal.qc.ca/sport-loisir-390-du-temps-libre-pour-t-engager.php

Guillaume Lair-Duée
Animateur pédagogique
guillaume.lairduee@resonanceasbl.be