L’amitié selon Proximus

Depuis quelques semaines, on voit fleurir un peu partout dans les gares, les lieux publics, sur les bus et autres trams, de bien étranges publicités pour l’Internet Mobile de Proximus qui nous offrent une petite leçon de vie : une redéfinition de l’amitié ! Mais qu’est ce qui se cache sous le bouton « Like » ? Qui sont mes amis sur Facebook ? Faisons le point !

« Dire j’aime avant tout le monde sur Facebook, c’est ça l’amitié. » Ah bon ? C’est en tous cas ainsi que Proximus vante les mérites de sa nouvelle connexion Internet Mobile. Tout d’abord, qu’est ce que « liker » (prononcez « laïké ») ? Sur Facebook, il s’agit de cliquer sur un bouton « Like », (« j’aime » en français) situé sous un commentaire, une photo, une vidéo, etc.

Si Proximus a certainement voulu faire réagir et parler de lui en diffusant ces affiches, il faut aussi considérer le processus qui l’y a amené. L’entreprise vise ici clairement un rapprochement avec les usages des jeunes sur internet, majoritairement orientés réseaux sociaux. Facebook est aujourd’hui considéré comme un outil « indispensable » pour les jeunes et l’opérateur veut se positionner comme facilitateur de ces usages : pouvoir être le premier à cliquer sur j’aime en étant connecté partout et tout le temps.

« Veux-tu être mon ami sur Facebook ? » : une déclaration d’amitié ? Cette appellation, empruntée au langage courant par les traducteurs francophones de Facebook fait l’objet d’un large consensus qui admet qu’être ami sur Facebook (être « en contact ») ne fait pas référence à la même réalité qu’être ami IRL (In Real Life). Et les jeunes font la différence ! Ils ressentent les mêmes émotions collectives mais développent en parallèles de nouvelles manières de « garder le contact ». Les jeunes admettent entrer parfois en contact (faire une « demande d’amitié sur Facebook ») avec des personnes qu’ils ne connaissent que peu mais avec qui ils ont des choses (infos, photos, etc.) à partager à un moment précis (après un événement de groupe par exemple). Ce lien amorcé IRL est perpétué sur internet, même s’il ne se poursuit pas par ailleurs. Proximus, comme d’autres, joue donc ici sur le besoin de contact permanent avec ses amis, symptomatique d’une génération de l’immédiateté qui demande à être toujours plus connectée, à pouvoir en permanence se rappeler au bon souvenir des autres.

Résumer l’amitié à un clic, c’est aussi une manière de normaliser une relation, c’est mettre un geste précis, évaluable sur un concept qui peut paraitre vague. L’autre jour, dans le train, une jeune fille se confiait à sa copine : « tu te rappelles de mon statut d’hier, ben j’ai déjà 13 j’aime ». Une manière de quantifier, donc, les réactions de nos amis à nos publications.

Pour terminer, il faut remarquer que « liker », ce n’est pas simplement dire qu’on aime un profil, une vidéo ou une photo. C’est aussi cliquer sur un lien pour éviter de mettre un commentaire, c’est échapper aux trop longs débats, aux échanges d’idées, aux confrontations de points de vues. C’est juste dire « je suis d’accord », « j’ai vu », « j’ai souri ». Et c’est facile, surtout ! Dorénavant, si vous voulez être un bon ami, oubliez les invitations à boire un verre, oubliez les après-midis au parc, n’écrivez plus de cartes postales ou de longs mails. Cliquez sur « j’aime » !

Le S de CRACS dit pourtant bien solidaire, pas solitaire, non ? Aller, maintenant, je vous invite à venir « liker » cet article, sinon vous n’êtes plus mes amis !

Manuela Guisset
ACMJ
Chargée de projets multimédias
manuela.guisset@acmj.be