De citoyenneté ou de propagande ?

Internet et réseaux sociaux : outils d’information ou de désinformation ?

Aujourd’hui, Internet est devenu un extraordinaire espace d’expression « démocratique », en ce sens qu’il est « gratuit », libre et accessible à – presque – tout le monde. Il semble parfois produire à la fois le meilleur et le pire. Quels sont les atouts et les dérives de ce media désormais devenu incontournable dans l’engagement citoyen ?

Internet, lieu d’expression et de créativité

Internet est un media dont le principal bénéfice réside, sans doute, dans sa capacité à faire entendre une diversité de voix, offrant un « espace de parole » à tout individu ou collectivité.

En 20 ans, le web est progressivement devenu un espace de militantisme et d’information de plus en plus important. Si la presse se diffuse largement par cette voie, les blogs et plus encore les réseaux sociaux (Facebook et Twitter en tête) sont aujourd’hui non seulement des espaces de relais et de partage d’informations mais plus encore, des outils permettant la rédaction et la création de contenus hors media traditionnels. Ces espaces sont donc porteurs d’une grande liberté d’expression et de créativité, permettant l’éclosion d’une nouvelle forme de journalisme et de militantisme.

Liberté d’expression versus défense de la démocratie

Ces derniers mois ont également mis en lumière que l’outil que constituent Internet et les réseaux sociaux peut « se retourner contre lui-même », en étant détourné à des fins anti-démocratiques. On observe, en effet, depuis plusieurs années l’émergence de nébuleuses complotistes et conspirationnistes [1] sur le Net qui, au nom même de la démocratie et de la liberté d’expression, répandent des propos qui sortent en réalité du cadre légal, tels le racisme, l’appel à la haine et le négationnisme. Citons par exemple les sites comme le « Réseau Voltaire », créé par Thierry Meyssan (qui s’est fait connaître pour sa version « alternative » des évènements du 11 septembre 2001) ou encore « Egalité et Réconciliation », fondé par Alain Soral (ex-Front National et proche de Dieudonné).

Parallèlement, il est aussi un phénomène sans doute plus méconnu, relayé abondamment par les sphères complotistes pré-citées, et souvent lié à des enjeux commerciaux sous-jacents : le web comme vecteur de propagande et de soutien aux dictatures à travers le monde. Les régimes autoritaires ont ainsi décelé, tant dans le « format » du web que dans les nébuleuses dont il permet l’éclosion, une « fibre » à exploiter abondamment. La posture « anti-système », brandie par les « théoriciens du complot », est, au fil du temps, devenue un des « créneaux » privilégiés de ces pouvoirs dictatoriaux (cela a été particulièrement le cas pour le conflit syrien par exemple) pour répandre leurs « versions » des évènements, elles-mêmes régulièrement teintées de racisme (d’islamophobie, d’homophobie et d’antisémitisme entre autres).

De la même manière, l’omniprésence de la publicité sur Internet, son caractère souvent insidieux, la confusion qu’elle entretient dans les formats (sur Facebook par exemple) pour se rendre « invisible », pose la question de la dimension commerciale du web, vis-à-vis de laquelle les plus jeunes, notamment, peuvent être des cibles plus « faciles » et « manipulables ».

Pour un web libre, citoyen et responsable

Face à ce constat, il importe d’abord de ne pas oublier qu’Internet est avant tout un formidable et potentiel espace d’expression citoyenne et de créativité. Il permet une certaine « libération de la parole », en particulier dans des endroits du monde où celle-ci est limitée ou bâillonnée, mais aussi au sein même de nos sociétés.

Pour que le web soit un outil de liberté et non de manipulation, outre le cadre légal, c’est une meilleure connaissance de ces phénomènes par les acteurs sociaux qui est en jeu : une formation à l’esprit critique sur Internet et une transmission vers ceux qui y sont les plus exposés, les adolescents en particulier.

Marie Peltier
Chargée de projets - Pax Christi
marie.peltier@paxchristiwb.be

[1Pour mieux comprendre ces phénomènes et y voir plus clair, voir l’analyse de Hervé Narainsamy, « Théories du complot, poubelle de la démocratie ? Enjeux d’un nouvel universalisme » :
http://paxchristiwb.be/publications/analyses/theories-du-complot-poubelle-de-la-democratie-enjeux-d-un-nouvel-universalisme,0000448.html