Handicapé ? Pas de web !

Les NTIC permettent des avancées phénoménales dans divers domaines, et pourtant, certaines personnes se retrouvent exclues d’activités qui sont quotidiennes pour la majorité d’entre nous, comme surfer sur le web. Quels sont les enjeux pour les personnes handicapées quand il s’agit d’internet ? Quels sont les obstacles ? Comment savoir si un site est lisible par le plus grand nombre ?

Ce n’est pas souvent la première chose à laquelle on pense quand on créée un site web : est-ce que mon site sera accessible à tous ? Est-ce que la structure sera claire, oui, le menu sera-t-il lisible par les logiciels pour aveugles ? En général, on a envie que le site soit « plus moderne », ou encore « lisible et aéré », voir éventuellement « fun et coloré » (ce dernier critère était sans doute au top de la liste de la ministre de la jeunesse Evelyne Huytebroeck)

Lutter contre la fracture numérique

Le web permet potentiellement d’être lu par quasiment n’importe quelle personne dans le monde. Mais bien des obstacles peuvent se dresser entre quelqu’un qui écrit un contenu et une personne susceptible d’être intéressée pour le lire. On pense souvent aux obstacles tels que la pauvreté (il faut déjà avoir un ordinateur, une connexion internet, voir suffisamment puissante pour lire des sites qui demandent beaucoup de bande passante), mais aussi aux enjeux politiques. Des sites internet sont inaccessibles depuis certains pays, comme Facebook en Chine. On songe moins souvent au fait qu’une jolie animation en Flash ne peut pas être « scannée » par les logiciels pour aveugles.

80 % de la communication passe par le visuel ! Lutter contre la fracture numérique passe par le fait de prendre en compte toutes les personnes n’ayant pas accès à l’information en ligne, quelle qu’en soit la raison. Certaines personnes aveugles utilisent un ordinateur depuis 1992, car il était déjà possible à l’époque d’utiliser des systèmes qui « lisent » ce qui apparait à l’écran. En utilisant le clavier, ainsi qu’une barrette Braille, pas besoin d’une souris ! On navigue à l’aide des raccourcis clavier.



C’est une chose d’avoir le matériel adéquat pour utiliser un ordinateur, s’en est une autre de surfer sur tous les sites ? L’ASBL AnySurfer
délivre un label et réalise des audits pour rendre les sites internet optimaux pour tout type de handicap. Une image ou un texte qui clignote ? Des couleurs mal choisies ? Une info-bulle qui s’affiche lorsqu’on passe la souris dessus ? Autant de dispositifs qui ne répondent pas aux quatre grands principes : être perceptible, utilisable, compréhensible, robuste. En effet, qu’on soit daltonien, épileptique ou dyslexique, la personne risque d’être gênée par une telle mise en page et ne pas accéder au contenu.

Être CRACS, c’est aussi être vigilant et faire en sorte que tous puissent participer et accéder au contenu ! Et votre site, pourrait-il recevoir le label AnySurfer ? Celui du CJC non… mais on sera vigilant à le rendre accessible à tous !

Laetitia Vignaud
Chargée de communication
lvignaud@cjc.be



Envie d’en savoir plus ?

Une formation a lieu la semaine prochaine, lors de la semaine du numérique, pour apprendre à créer une retranscription et à sous-titrer vos vidéos. Plus d’infos par là.