Géométries variables

Dans la nuit de samedi à dimanche, cinquante personnes ont été massacrées et une cinquantaine d’autres ont été blessées à Orlando. C’est, avant tout, un sentiment d’horreur et d’angoisse qui domine. Cependant, on ne peut pas ne pas être choqué par le traitement médiatique de ce tragique évènement. Les gros titres évoquent d’abord la pire tuerie des Etats-Unis et les liens du tueur avec Daesh auquel il aurait prêté allégeance. Une évidence s’impose pourtant : il s’agit avant tout d’un crime homophobe. Ce crime et son invisibilisation renvoient aux violences auxquelles les personnes LGBT sont confrontées régulièrement et nous rappellent douloureusement que la lutte pour le vivre-ensemble dans l’acceptation des différences est encore et toujours à mener.