Gaz de schiste et mobilisations citoyennes en Europe

Le gaz de schiste en France et en Pologne, l’or roumain et grec,… l’extraction des ressources naturelles fait débat sur le vieux contient. A l’heure de la mondialisation et dans la course à l’indépendance énergétique l’exploitation des sous-sols est plus que jamais au cœur des discussions. Cette question controversée ne laisse pas les citoyens européens indifférents, nombre d’entre eux n’ont pas tardé à se mobiliser pour s’opposer aux grands projets d’extraction.

Durant des décennies, les questions d’extraction des ressources naturelles ont souvent été rapportées au contexte des pays du Sud. La colonisation des pays a permis aux pays du Nord de se fournir abondamment en ressources. La fin des colonies n’a pas signé celle de cet approvisionnement qui a entre autres entraîné de nombreux conflits locaux et des désastres environnementaux.

La demande mondiale en énergie ne cessant d’augmenter, de plus en plus de pays du Nord ont décidé d’exploiter les ressources présentes sur leur propre territoire afin de ne plus dépendre du Sud. Des situations politiques instables, des conflits locaux mais aussi la diminution de l’offre en ressources naturelles sont autant de raisons qui rendent l’approvisionnement difficile.

Une nouvelle solidarité Nord-Sud

Mais cette recherche d’indépendance n’est pas sans conséquences. Les pays du Nord goûtent, pour ainsi dire, à leur propre médecine et découvrent sur leurs propres terres les revers de l’exploitation minière intensive.

Ces nouveaux projets sont une menace directe pour l’environnement et la population. Il devient donc urgent de réagir par des choix de société pour éviter de se retrouver dans des situations irréversibles.

C’est dans ce contexte que de plus en plus de mobilisations à l’encontre de projets extractifs surgissent dans les pays du Nord. Cela se produit non seulement pour des projets qui touchent directement les citoyens tandis que l’on observe également une sensibilité plus accrue pour ce qui se passe au Sud, donnant ainsi naissance à des solidarités et des volontés d’action internationale.

Bien que ces situations semblent souvent difficiles à contrer, il n’est donc pas impossible de s’y opposer. Nous en avons eu la preuve avec les différents mouvements qui se sont mis en place. La France et la lutte contre le gaz de schiste en est un bel exemple.

Entre 2010 et 2012, l’extraction du gaz de schiste a fait grand bruit en France. La lutte contre le gaz de schiste en France est un mouvement citoyen qui, jusqu’à présent, a réussi par sa simple mobilisation à se faire entendre aux niveaux local et international. Et il a obtenu gain de cause.

La possibilité d’exploitation du gaz de schiste est aujourd’hui gelée au sein de l’Hexagone mais ce n’est pas pour autant que les mobilisations se sont éteintes. De nombreux groupes continuent aujourd’hui leur combat que ce soit dans leur propre pays mais aussi avec d’autres populations touchées par l’extraction à travers le monde.

Cette bataille contre le gaz de schiste français a éveillé plus largement les consciences. Les citoyens se sont rendu compte que si le gaz n’était pas exploité chez eux, les entreprises l’exploiteraient ailleurs.

Occupy Chevron

En Pologne, plusieurs entreprises d’extraction comme Chevron ont décidé d’explorer les gisements de gaz de schiste, en toute opacité. Suite à des accords signés avec le gouvernement, elles sont arrivées dans les campagnes polonaises. Il n’y a pas eu de consultation populaire préalable, les discussions s’étant faites majoritairement dans l’ombre.

Le mouvement qui s’est rapidement mis en place a pris le nom d’Occupy Chevron. L’occupation dure maintenant depuis le 3 juin 2013. Paysans et militants se relayent sans relâche sur les lieux d’occupation afin d’empêcher Chevron d’avancer dans ses travaux d’exploration, les personnes mobilisées subissent de manière récurrente des pressions de la part de Chevron. Plusieurs initiatives complémentaires ont été prises comme l’ouverture d’un dialogue avec les autorités polonaises, des actions en justice,… mais rien n’a encore totalement abouti.

Ce genre de mobilisation n’est plus propre à un pays ou à une zone géographique en particulier mais donne naissance à de véritables solidarités et collaborations entre citoyens vivant la même situation. Les citoyens français touchés par le gaz de schiste se sont eux aussi sentis concernés par les évènements se déroulant en Pologne.

La mobilisation contre l’extraction des ressources naturelles est une possibilité nouvelle pour chaque citoyen de s’exprimer relançant ainsi directement des processus démocratiques nouveaux. Dans un monde où les espaces d’expression politique semblent de plus en plus restreints et où le citoyen n’a que trop peu la parole en dehors des périodes d’élections, ces soulèvements pacifiques nous montrent qu’il est possible d’exprimer son opinion, se faire entendre et d’être ainsi un citoyen pleinement actif au sein de la société.

Il ne reste donc qu’une seule chose à faire : se mettre en mouvement !

Santiago Fischer
Chargé de plaidoyer à la Commission Justice et Paix
santiago.fischer@justicepaix.be


Vous pouvez commander ou télécharger l’étude complète Gaz de schiste et mobilisations citoyennes en Europe de la Commission Justice et Paix via ce lien.

Pour en savoir plus sur le gaz de schiste : http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/dico/d/geologie-gaz-schiste-9359/