Entendons nous !

Se parler, s’entendre, s’écouter. Pas toujours simple dans un contexte où les demandes des uns franchissent les limites des autres.
Les rassemblements de masse se multiplient mais ne semblent plus bénéficier de leurs effets d’influence d’antan. Seule la presse se réjouit des titres accrocheurs remplis de la mauvaise humeur des victimes de ces (im)mobilisations. Nul besoin d’analyser le fond, aucun décideur ne s’en souciera.

Osons, soyons créatifs, restons mobilisés. Ne baissons pas les bras face au silence qui nous est imposé comme réponse. Redéfinissons nos angles de communication et portons plus-haut-plus-fort notre besoin de solidarité.