Didier Reynders a rencontré Pax Christi

Didier Reynders a rencontré ce vendredi 29 juin Pax Christi, Amnesty, et le GRIP. Il les a assuré que l’objectif de la Belgique était d’obtenir un Traité sur le commerce des armes dont les exigences ne seraient pas inférieures à celles qu’elle s’est fixées à elle-même.

Du 2 au 27 juillet 2012, les 193 pays membres des Nations Unies négocieront à New York un traité contraignant sur le commerce international des armes (Arms Trade Treaty). Partant du principe que les armes ne sont pas de biens de consommation comme tous les autres, ces états veulent établir des règles strictes encadrant au niveau mondial l’importation et l’exportation d’armes. Leur initiative est une occasion unique de renforcer la sécurité internationale, de sauver des vies innocentes et de diminuer le nombre de violations des droits de l’homme.

Amnesty, Pax Christi et le GRIP ont insisté sur l’importance de conditionner l’exportation d’armes d’un pays à l’autre à l’observance de critères (risques d’atteintes sérieuses aux droits de l’homme, d’aggravation des tensions régionales, de mise en danger du développement socio-économique, etc.).

Ils ont rappelé combien il était important d’inclure également le commerce des munitions dans ce traité. En effet, dans beaucoup de pays, notamment africains, des armes légères circulent déjà en grand nombre. Pour le faire taire et favoriser la sécurité, il est essentiel de limiter la circulation de munitions.

Les représentants des ONG ont également insisté sur l’importance d’établir un mécanisme de transparence totale des importations et exportations d’armes. Les Etats doivent publier chaque année un rapport exhaustif et complet sur le commerce des armes dans leur pays.

Le ministre a assuré les ONG de sa volonté d’aboutir à un Traité équilibré qui s’approche, autant que possible, des règles que la Belgique s’est fixée elle-même en terme de commerce des armes.

Plus d’information : http://www.semainedelapaix.be/le-plaidoyer/