De l’information à l’interprétation

Comment un avion peut-il simplement disparaitre de la surface de la terre avec près de 240 personnes à bord ? Dans toutes les informations qui nous parviennent via les médias ou le bouche à oreille, il est parfois difficile de faire le tri. Surtout quand les médias relaient eux-mêmes des rumeurs et des hypothèses fantaisistes en les faisant passer pour de l’info. Quels sont les faits, qu’est-ce qui est avéré, qu’est-ce qui est officiel, et qu’est-ce qui relève de l’interprétation, de la supposition, de l’hypothétique ?

Analysons les choses de manière factuelle : nous savons qu’un avion de la Malaysia Airlines a disparu des écrans-radars depuis le 8 mars 2014. Il s’agit d’un Boeing 777 avec 239 personnes à son bord. Nous avons la position exacte de sa dernière interaction avec les contrôleurs aériens malaisiens. Mais fondamentalement, nous n’en savons pas beaucoup plus.

Après, il y a les possibilités crédibles : l’avion s’est écrasé en vol ; l’avion a été détourné par son (ses) pilote(s) ; l’avion a été détourné par un des passagers. Pour faire suite à ces deux dernières hypothèses, on peut se demander si l’avion s’est ensuite abîmé en mer ou s’il s’est posé quelque part.

Quand il n’y a plus d’information neuve et vérifiable à se mettre sous la dent, les médias relayent joyeusement les hypothèses les plus farfelues pour expliquer la disparition de l’avion, sans cacher le caractère improbable de ces solutions. Citons, entre autres, l’hypothèse qui avance que l’avion n’a jamais existé, que c’est un grand coup de pub d’une agence très ambitieuse ou l’hypothèse plus anxiogène d’un avion détourné dans le but d’en faire, dans un futur plus ou moins proche, un missile humain. Les médias alimentent ainsi les théories du complot autour de cette mystérieuse disparition. Comme ils l’avaient déjà fait autour des attentats du 11 septembre et des premiers pas sur la lune.

Si des questions évidentes en termes de faits se posent au lecteur averti (Pourquoi les passagers n’ont-ils pas essayé d’utiliser leurs téléphones ? Comment un si gros avion peut-il simplement disparaitre de la surface de la terre ?), ce sont surtout les questions à propos du traitement médiatique de l’affaire qui nous intéressent ici.

Nous avons affaire à un fait d’actualité très particulier dont les journalistes sont friands car il porte en lui les clichés d’un blockbuster américain : un avion, des victimes (dont des personnes importantes et des enfants en bas-âge), des familles qui posent des questions, des gouvernements impliqués, un mystère gigantesque, des rebondissements réguliers, etc. Bref : gageons que d’ici quelques mois, Hollywood s’en sera emparé. En attendant, dans ce « fait divers », la réalité dépasse parfois la fiction et il est difficile de ne pas faire le parallèle avec des « Lost » ou autres « Seul au monde ».

Sauf que ce n’est pas de la fiction, que les vies de 239 personnes sont en jeu (et peut-être plus) et que la pression médiatique est telle qu’elle influence parfois les actions et les décisions des gouvernements et des équipes de recherche impliquées dans l’affaire.

Alors, que faire devant cette masse d’informations diverses et variées, plus ou moins vérifiées et commentées ? Plusieurs réflexes nous semblent indispensables pour digérer tout cela. Il s’agit premièrement d’être attentif, pendant la lecture, à bien faire la différence entre les divers types d’information : faits, analyses, témoignages, interprétations, suppositions, hypothèses, etc. Tout Cracs qui se respecte se doit aussi, comme toujours, de savoir comparer et vérifier ses sources. Ce qui n’est pas toujours facile quand les informations sont si minces et que la presse fait feu de tout bois, y compris des sources peu crédibles. Il s’agit enfin de rester attentif à l’évolution factuelle de la situation pour avoir une vue d’ensemble.

Finalement, tout cela peut se résumer en un point : avoir un esprit critique par rapport à ce qui nous est proposé dans la presse et sur Internet et surtout faire preuve de patience : on finira bien par le trouver, cet avion !

Manuela Guisset
Animatrice multimédias chez Action Ciné Médias Jeunes
manuela.guisset@acmj.be