Coup de dés… tachés pour le secteur Jeunesse

Quelles missions pour les détachés pédagogiques ? Quel avenir ? Quelle plus-value ?

Le 18 décembre prochain, le Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles votera le Budget 2014. Dans le cadre des économies budgétaires, le cabinet Huytebroeck a été amené, initialement, à supprimer 23 postes de détachés pédagogiques dans les organisations de jeunesse. Cette suppression, qui devait être effective le 1er janvier prochain, n’aura pas lieu en 2014. Peut-être en 2015.

Face à cette mesure, inacceptable, le secteur jeunesse s’est mobilisé pour faire entendre sa voix.
L’opinion des fédérations de centres de jeunes et des fédérations d’organisations de jeunesse est très claire. Ils réclament des gestes forts parmi lesquels la suppression de la mesure sans aucune contrepartie.

En agissant de la sorte, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles met en danger le secteur des organisations de jeunesse en privant les associations d’une expertise pédagogique indispensable à la réalisation de projets d’émancipation et de participation citoyenne par et pour les jeunes. Pourtant, la pertinence et les effets bénéfiques du lien entre l’éducation formelle des études et l’éducation non-formelle dans l’associatif n’est plus à démontrer.

Quelles missions pour les détachés ?

Il n’est sans doute pas faux de dire que certains détachés s’engagent dans les organisations de jeunesse pour « fuir » le système scolaire et son lourd quotidien. Ils quittent l’univers impitoyââââble de l’école, pour entrer dans celui, forrrrrmidable, de la Jeunesse. Leur réelle motivation n’est pas la fuite mais la recherche de valeurs qu’ils ne retrouvent plus à l’école.
Véritable maillon d’une alliance éducative entre l’éducation formelle et l’éducation non-formelle, les détachés œuvrent aux missions pédagogiques essentielles des associations : assurer des formations, participer à la conception pédagogique des projets, mettre en place des dispositifs de formation, concevoir des outils pédagogiques…

Jeunesse et enseignement, même combat !

Construire des partenariats entre le secteur de la jeunesse et le secteur de l’enseignement semblait important. Il semble aujourd’hui vital de multiplier les synergies.

Celles et ceux qui travaillent au sein de ces secteurs poursuivent et partagent une finalité commune : former des Citoyens Responsables Actifs Critiques et Solidaires ! Bien entendu, les méthodes éducatives sont propres à chacun des secteurs et leur complémentarité est une richesse pour le développement global des enfants et des jeunes

Pour l’enfant, le jeune, c’est lui offrir la possibilité de bénéficier d’approches et de ressources pédagogiques plurielles. En effet, les équipes éducatives des écoles et des associations développent chacune des expertises qui leur sont propres et qui participent à l’éducation au sens large.

C’est lui permettre d’évoluer dans un cadre scolaire dynamique et ouvert sur son environnement où les échanges entre les différents intervenants sont favorisés.

C’est lui permettre de bénéficier d’un accueil extrascolaire de qualité dont les fondements sont les synergies développées entre les différents acteurs éducatifs qui l’entourent.

C’est soutenir et valoriser son engagement bénévole et créer ainsi un terreau propice aux valeurs Crac’s dans l’école, le quartier…

Créer des ponts entre les mondes de l’Education formelle et non formelle (Ecole/Jeunesse) permet de donner de la cohérence entre les différentes actions éducatives portées de part et d’autre. Cela participe à l’amélioration du vivre ensemble dans les classes, les écoles, les quartiers, et la société de manière générale.

En 2014, sortons ouverts ! Jeunesse et enseignement… Soyons complémentaires !

Pascale Tielemans
Permanente pédagogique - Résonance asbl
pascale.tielemans@resonanceasbl.be