Comptez sur les jeunes !

Dans la conscience collective, jeunesse rime souvent avec inexpérience, manque de compétences ou de capacité à prendre des responsabilités. Ça se remarque particulièrement dans la recherche d’emploi où les employeurs hésitent à accorder leur confiance à des jeunes, jugés trop peu fiables. Pourtant certains ont prouvé que l’on pouvait être très jeunes et ingénieux, ambitieux et compétents. Petit topo sur les talents qui fleurissent tôt.

On admire des jeunes talents dans de nombreux domaines : on pensera plus facilement à la comédie (avec par exemple Daniel Radcliffe alias Harry Potter) ou à la chanson, avec toute cette vague de jeunes stars qui émergent comme Justin Bieber. On pourrait ici en citer tellement d’autres moins connus, à l’instar de Madeleine, 12 ans, qui en interprétant Memory de Barbara Streisand, a remporté le Grand Show des enfants. N’oublions pas les sportifs comme notre Justine Henin qui a commencé sa carrière très tôt. Mais des jeunes se démarquent également dans des domaines moins « grand public ».

Ca bricole

Dimanche dernier, le concours Lépine de Paris, qui récompense des inventions originales, a décerné son 3e prix à un jeune belge de 15 ans Célestin de Wergifosse pour son groupe électrogène écologique et mobile. Sa machine fonctionne grâce à quatre sources d’énergie : des panneaux solaires, une éolienne, une dynamo et un moteur électrique. L’idée lui est venue lors d’un voyage au Niger, alors qu’il avait 10 ans. Choqué par la pauvreté et le manque d’accès des gens à l’énergie, il a commencé la fabrication de ce groupe électrogène en solo. Comme il ne s’y connaissait pas en mécanique, il a sollicité des électriciens, garagistes et ingénieurs, pour construire son projet. Ce qui était au départ devenu un passe-temps, est maintenant une invention reconnue et pleine d’avenir.

Des jeunes comme Célestin, qui ont des idées et le courage de les mettre en œuvre, il y en a bien d’autres ! Sans aller chercher les exemples extrêmes à la Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, on trouve, notamment, les mini-entrepreneurs de Nancy qui ont présenté lors de ce même concours leur attrape-limaces et leur éloigne-taupes. Cet exemple peut nous faire penser aussi, chez nous, aux « jeunes entreprises », qui chaque année, permettent à des jeunes étudiants de faire preuve d’initiatives dans notre structure économique et de découvrir le monde entrepreneurial. C’est ainsi que naissent de belles idées, comme par exemple le projet "Recup" qui a pour cible le recyclage de papier sous forme de pastilles qui servent à allumer vos feux de bois (Zip 100% écologique).

Ca entreprend

Dans un autre style, on trouve cette patronne liègeoise, Sonia Licata, qui a remporté à 21 ans le concours « Enterprize ». Dans la catégorie des micro-entreprises, sa brasserie-restaurant est sortie championne. Pourtant, l’ouverture de son restaurant n’a pas été facile. Son projet, Sonia l’a couché dans un rapport de 40 pages qu’elle a soumis à des fonds de participation. Malheureusement, les fonds ont estimé son projet trop ambitieux et l’indépendante trop jeune… Qu’importe, Sonia s’est débrouillée seule, a trouvé le financement dans le privé elle-même et a ouvert finalement son restaurant. La voilà bien récompensée !

Ca vogue

Il n’y a pas que dans le domaine entrepreneurial ou des inventions que les jeunes se montrent ambitieux. Connaissez-vous Jessica Watson ? Cette Australienne âgée de seulement 16 ans a réalisé un véritable exploit en bouclant son tour du monde à la voile. Elle a ainsi battu le record du monde de la plus jeune personne à faire le tour du monde en solitaire à la voile et sans escale. Elle aura mis 7 mois pour parcourir les 23.000 miles nautiques sur son bateau de 10 mètres.

Toutes ces initiatives montrent que les jeunes n’attendent pas forcément d’être des seniors confirmés pour se lancer dans des aventures qui donnent sens à une vie ! Cependant, ne nions pas l’importance de l’expérience. Toutes les portes ne s’ouvrent pas devant les jeunes ambitieux. Ne citons pour exemple que le cas du jeune Sarkozy qui, à 23 ans, s’était vu offrir sur un plateau d’argent une place de président de l’EPAD, organisme public de développement qui gère le centre d’affaires de la Défense. Cette nomination avait créé le tôlé car on estimait qu’à cet âge et sans avoir terminé ses études de droit, il n’avait pas les compétences ni la légitimité pour gérer les 200.000 habitants, 150.000 salariés, et le million d’usagers des transports que compte le quartier. Résultat des courses, des pétitions, des critiques et finalement le renoncement de Jean Sarkozy à ce poste trop ambitieux pour son âge, sa maturité et surtout son manque de diplôme et d’expérience.

Nous encourageons les jeunes à s’investir dans des projets, même audacieux et à avoir confiance dans leurs compétences, même si parfois il faut faire ses preuves. Et s’engager dans une organisation de jeunesse peut constituer une expérience significative dans la capacité à prendre des responsabilités.

Nathalie Flament
ICC
Permanente pédagogique et coordinatrice de formations
nathalie.flament@icc-formation.be