Child Focus ou le business de la peur

Le CJC relaie la carte blanche publiée dans le Soir du 23 février, dont il appuie le message. Nous prônons l’encadrement et la prévention autour de la jeunesse, la confiance plutôt que la dénonciation. De nombreux acteurs du secteur de l’enfance et aussi bien les associations de jeunesse liées aux loisirs que les institutions expertes dans l’encadrement, œuvrent au quotidien pour connaître les jeunes, comprendre leurs angoisses et l’environnement dans lequel ils évoluent. Nous souhaitons également éduquer les jeunes aux responsabilités engendrées par les propos tenus sur le net et non encourager un anonymat défouloir, ainsi que défendre la liberté de se déplacer des jeunes.

L’affaire des enfants disparus (Julie, Mélissa, Ann, Eefje…) provoqua un électrochoc qui modifia de nombreuses pratiques, notamment en matière policière, judiciaire... Même si l’accueil aux victimes mérite encore des efforts, on ne peut que se réjouir des avancées qui ont vu le jour.

Dans la foulée de ces événements, fut créé Child Focus, organisme chargé d’intervenir en cas de disparition ou d’exploitation sexuelle d’enfant. Il est temps aujourd’hui d’évaluer la pertinence de cette fondation largement financée par les pouvoirs publics.

Déjà à l’époque, plusieurs experts faisaient remarquer qu’heureusement les disparitions d’enfants étaient rarissimes tout comme leur exploitation sexuelle. Et que mettre ainsi le focus sur les circonstances les plus extrêmes risquait de masquer les situations de maltraitance de l’enfant dans son milieu de vie , hélas nettement plus courantes et bien connues des intervenants chargés de venir quotidiennement en aide aux familles. Et là, bien souvent, il ne s’agit pas d’affronter un pervers démoniaque, mais de faire face, avec tact, à une complexité où viennent se combiner des aspects de santé mentale, de fragilité sociale, de précarité... Travail mené quotidiennement, dans la discrétion, depuis de nombreuses années par de multiples intervenants de l’aide à l’enfance et à la jeunesse.

Fort de son image, Child Focus en vint alors à étendre son champ d’action. Des disparitions d’enfants on s’occupa des fugues ou des rapts parentaux. Mais ces problématiques n’ont rien de commun et la multiplication des « cas » à traiter laisse penser à un grand nombre d’enfants « disparus » .Voilà de quoi entretenir l’angoisse des parents déjà inquiets.

De l’exploitation sexuelle, il fut ensuite question des dangers d’Internet. Et plutôt que d’encourager les familles à s’emparer d’Internet comme d’un outil de connaissance et de découvertes, ses dangers furent mis en avant. De risques il en existe certes ; mais ils sont probablement plus le fait de firmes prédatrices de nos données personnelles que de prédateurs sexuels.

Dans la foulée, on peut s’interroger sur cette récente alerte tous azimuts où une femme en difficulté vit le numéro de sa plaque minéralogique, son nom ainsi que d’autres informations lancées à la curiosité du public. Pas sûr que la solidarité à son égard ait été renforcée !
Mieux encore, Child Focus a annoncé récemment qu’il avait élargi la notion d’exploitation sexuelle à tout abus sexuel d’enfant.

Toutes ces actions ont en commun d’être lancées sans aucune concertation avec les intervenants de terrain et de contribuer à un climat anxiogène qui ne vient pas en aide aux familles. Là où règne l’angoisse, la pensée s’efface. Cette absence de concertation est d’autant plus regrettable que, malgré quelques divergences, plusieurs acteurs de la fédération Wallonie-Bruxelles, dont certains signataires, ont eu à cœur de prendre part à plusieurs groupes de réflexion ou d’orientation ouverts par Child Focus. Ces acteurs sont toujours prêts à participer à la réflexion et à ouvrir un vrai dialogue sur ces questions sensibles.

Aujourd’hui, un pas de plus vient d’être franchi avec une campagne qui invite les jeunes qui seraient abusés à chatter avec Child Focus. Spots vidéos ou pages publicitaires présentent, par exemple, une jeune fille qui déclare « Je déteste quand papa vient dans mon lit la nuit. Mais surtout ne le dis à personne »

Cette action est dérangeante à plusieurs égards. D’une part, il s’agit, une fois encore, d’une campagne basée sur la peur et qui pousse à faire appel à un service anonyme, qui plus est via un chat internet et sans communication verbale, plutôt que d’aider le jeune à trouver à qui parler auprès d’un intervenant de proximité. C’est dans la relation que peut s’opérer un dévoilement d’abus, dans une relation effective qui permet, entre autre, d’éviter des risques de décompensation et d’assurer un suivi dans la durée. Des équipes SOS Enfants, des Services de l’aide à la jeunesse et autres services autour de la santé mentale existent pour assurer des prises en charge des cas de maltraitance et d’abus sexuels. Ces services occupent des centaines de professionnels - assistants sociaux, psychologues, juristes, médecins… - formés, encadrés, évalués.

D’autre part, on ne peut que regretter que les fonds européens soient à ce point mal utilisés. Plutôt que de mettre en valeur des services existants depuis des années, tels Écoute-Enfant, les équipes SOS-Enfant ou les services d’aide aux victimes, on voit l’irruption d’un nouveau dispositif dont la pertinence peut-être sérieusement questionnée.
A une époque où, plus que jamais, il est nécessaire de mettre en avant la solidarité et l’aide aux adultes dans le développement de leurs enfants, implanter des dispositifs de traque et d’appât isole chacun dans une paralysie de la pensée.
Dès lors, tant qu’il reste des doutes sur la pertinence des choix opérés dans cette campagne et de possibles conséquences négatives sur ceux qu’elle affirme vouloir protéger, nous demandons la suspension de la campagne « Chat : maintenantjenparle.be ».

Michel DECHAMPS, Président du Comité d’accompagnement de l’enfance maltraitée (CAEM)
Bernard DE VOS, Délégué général de la Fédération Wallonie-Bruxelles aux droits de l’enfant
Vincent MAGOS, Responsable de la Coordination de l’aide aux victimes de maltraitances
Thierry MOREAU, Directeur du Centre interdisciplinaire des droits de l’enfant (CIDE)
Jean-François SERVAIS, Association des Services droit des jeunes
Benoît VAN KEIRSBILCK, Président de Défense des Enfants International (DEI-Belgique)