Caritas International lance sa campagne pour le Sud-Soudan

La prochaine campagne de Caritas International qui a commencée le 15 septembre a pour objet le Sud-Soudan. Cette nouvelle nation doit faire face au retour d’une diaspora de 3 millions de personne.

Après 22 ans de guerre civile qui se sont soldés par 2,5 millions de morts et 4,6 millions de déplacé, c’est peu dire que les Sud-Soudanais aspiraient à l’indépendance. Après un référendum tenu dans le calme en janvier dernier, elle est acquise depuis le 9 juillet dernier. Et le moment est venu de se tourner vers les chantiers, nombreux, qui attendent la nouvelle nation : 1 Sud-Soudanais sur 2 survit avec moins de 1 euro par jour et n’a pas accès à l’eau potable. Ils sont 4,3 millions à travers le pays à nécessiter une aide alimentaire. Et le taux de mortalité à 5 ans atteint la proportion dramatique de 1 enfant sur 7.
Le Sud-Soudan est l’un des états où le réseau mondial Caritas est le plus actif. Une centaine de milliers de Sud-Soudanais bénéficient des programmes humanitaires de Caritas en matière de logement, d’eau et d’assainissement, d’éducation et de santé. Ils sont pour la plupart déplacés ou comptent parmi les quelque 3 million personnes qui ont quitté le nord pour regagner le sud depuis la signature de l’accord de paix en 2005. Caritas International les aide, ainsi que les communautés qui les accueillent, à produire leur nourriture, en facilitant leur accès à l’eau et à des biens non-alimentaires, tels que des outils, des kits d’hygiène ou des tentes. Par ailleurs, Caritas International déploie une aide d’urgence auprès des victimes des exactions de la LRA, ainsi qu’aux déplacés de la région pétrolifère d’Abyei, au plus fort de la crise entre le nord et le sud en mai dernier.

Rompre avec l’aide alimentaire

Tout reste à faire mais l’espoir est de mise au sein de la population. Le pays peut compter sur une tradition ancestrale en matière d’agriculture et d’élevage, et les autorités ont promis à tous les Sud-Soudanais de retour un lopin de terre. Par le biais de sa campagne, Caritas International entend entretenir cet espoir. En donnant à ces personnes parmi les plus vulnérables la possibilité de rompre avec l’aide alimentaire et les moyens de cultiver cette terre promise, c’est-à-dire quelques outils, des semences et une formation agricole communautaire. De quoi assurer la prochaine récolte, produire du maïs, du manioc et, nourrir les siens...
Ce nouveau départ pour une famille sud-soudanaise commence... en Belgique. Des ventes de parapluies seront en effet proposées par Caritas International. L’ONG estime à 42 euros, le coût pour nourrir l’espoir d’une mère sud-soudanaise de voir ses enfants grandir.

Pour participer à cette campagne, cliquez sur ce lien !