Des jeunes arrêtés dans le métro à Vancouver

action CSC Vancouver Ce 23 juin, alors qu’ils menaient une action avec leurs amis canadiens de la CLC (Canadian Labour Congress) et de la COPE (Canadian Office and Professional Employees Union), une trentaine de jeunes représentants syndicaux membres du Comité de la Jeunesse de la CSI ont été arrêtés par la police dans le métro de Vancouver. Parmi eux Benoît Constant, le responsable national des Jeunes CSC.

Ils se rendaient à l’aéroport de Vancouver pour soutenir les travailleurs de la compagnie de location Hertz en grève depuis février dernier.

Les lois canadiennes sont très strictes en matière de manifestation. Si l’une des injonctions [1] n’est pas respectée, les participants sont immédiatement passibles de peines de prison.

A l’aéroport, les jeunes manifestants ont donc défilé les uns derrière les autres dans le silence pendant 5 minutes en portant des pancartes de revendication et de sensibilisation. Le tout sous les yeux d’un vigile de la compagnie Hertz surveillant et filmant les moindres faits et gestes des jeunes syndicalistes participants à l’action. Pas de pétards, de sifflets, de slogans scandés, pas de musique, pas de piquets de grève, nous sommes très loin des modes d’action syndicale que nous connaissons en Belgique !

Silence dans le métro !

Sur le chemin du retour, dans le « Skytrain » de Vancouver (le métro local), les jeunes syndicaliste avaient décidé de faire signer des pétitions contre le travail des enfants. Le Canada n’ayant toujours pas signé la convention 138 de l’OIT [2] sur l’âge minimum au travail, il n’est pas rare d’y voir travailler des enfants de 12 ans (notamment dans les fastfoods).

Skytrain Après quelques minutes, la police est intervenue et a fait sortir manu militari du « Skytrain » les membres du Comité de la Jeunesse de la CSI, les alignant sur deux files le long des quais afin de procéder à la vérification des identités. Après de nombreux palabres, la police les a libérés et les a fait remonter dans le métro en les obligeant à s’acquitter d’un nouveau titre de transport. Par contre, les jeunes syndicalistes canadiens présents n’ont pu remonter dans le « Skytrain », et nous ne connaissons toujours pas le sort qui leur a été réservé.

Force est de déplorer qu’au Canada, la tranquillité des usagers du métro vaut bien plus que le combat contre le travail des enfants. Le pays hôte du congrès de la CSI maintient une pression énorme sur les syndicalistes et renvoie l’action syndicale à des pratiques délinquantes sous le couperet de la justice.

Les membres du Comité de la Jeunesse de la CSI ont été choqués par cette intervention policière qui nous rappelle que la liberté d’expression, si chère au pays d’Amérique du Nord et au Canada, ne vaut pas pour les syndicalistes qui défendent et veulent protéger les enfants qui travaillent !

Benoît Constant

<P ALIGN="RIGHT"> benoit.constant@acv-csc.be </P>
Plus d’infos : http://blogdelacsc.blogspot.com/

[1Ne pas bloquer le passage aux véhicules et éviter tout contact avec ces mêmes véhicules. Maintenir une distance de 4 mètres du comptoir de location de l’aéroport. Ne pas gêner les personnes qui tentent d’entrer ou de sortir. Ne pas entraver le passage des clients. Manifester dans le silence. Ne pas mener l’action dans la durée

[2L’Organisation Internationale du Travail (OIT) est l’agence tripartite de l’ONU qui rassemble gouvernements, employeurs et travailleurs de ses Etats membres dans une action commune pour promouvoir le travail décent à travers le monde