Appel de la plateforme Abolition 2000

L’accord de gouvernement promet l’interdiction des armes de destruction massive. A la lecture de la toute fraîche Déclaration gouvernementale, la Belgique peut prendre un rôle d’avant-garde pour conduire un changement nécessaire dans le domaine. En effet, on peut y lire que : « Le Gouvernement plaide pour une revitalisation et le respect du Traité de non-prolifération. Il agira résolument en faveur d’initiatives internationales pour un désarmement plus poussé – y compris nucléaire – et pour l’interdiction de systèmes d’armes à portée indiscriminée. »

Voilà des décennies que le mouvement de la paix se bat pour un monde sans armes nucléaires. Un combat dont le discours de Prague de 2009 – où le Président Obama présentait sa vision d’un monde sans armes nucléaires – se faisait l’écho . Cette vision n’a pourtant pas été suivie de faits : la plupart des États nucléaires ont opté pour la modernisation de leur arsenal nucléaire plutôt que pour leur démantèlement.

20 têtes nucléaires B-61 sont encore aujourd’hui stationnées sur la base militaire de Kleine Brogel. Nous ne pouvons ainsi que nous réjouir de lire notre Gouvernement vouloir agir « résolument en faveur d’initiatives internationales pour un désarmement plus poussé – y compris nucléaire ». Espérons que sur cette base, notre Gouvernement pressera au sein de l’OTAN pour un retrait rapide des armes nucléaires présentes sur son territoire…

D’un autre côté, la Belgique refuse toujours de ratifier la Convention sur les armes nucléaires, pourtant annuellement sur la table de l’Assemblée Générale des Nations Unies depuis 1996. Convention qui a pour objectif l’interdiction du développement, des essais, de l’usage et du stockage de l’arme nucléaire. La ratification de cette Convention représenterait une étape importante vers le désarmement mondial. Le dernier vote a eu lieu au mois de décembre dernier et la Belgique s’est une nouvelle fois prononcée contre ; déclarant qu’en tant que membre de l’OTAN, la Belgique devait suivre les règles de l’alliance.
La Belgique promet pourtant dans son accord de Gouvernement vouloir agir résolument « pour l’interdiction de systèmes d’armes à portée indiscriminée ». Elle ne peut le faire autrement qu’en votant pour une Convention englobante contre les armes nucléaires.

Les signataires de ce texte attendent du Gouvernement qu’il mette en œuvre ses engagements et, plus précisément que :
1. La Belgique soutienne la Convention sur les armes nucléaires de l’Assemblée Générale des Nations-Unies ;
2. La Belgique agisse résolument à l’intérieur de l’OTAN pour le retrait des armes nucléaires de Kleine Brogel ;
3. La Belgique agisse résolument dans les différents fora internationaux pour une zone sans armes nucléaires au Moyen-Orient

Cliquez ici pour lire le communiqué de presse d’Abolition 2000 : le mouvement de la paix demande à Leterme et Vanackere une politique plus volontariste pour le désarmement.