A qui le tour ?

Après la manifestation nationale du 6 novembre, c’était au tour des étudiants, hier, de descendre dans la rue afin de clamer leur mécontentement face aux nouveaux ministres de l’Enseignement. La question de l’accessibilité aux études – que ce soit liée au coût des études ou à la mise en place de procédure de sélection – est au cœur de leurs revendications. Des inquiétudes, partagées des deux côtés de la frontière linguistique, qui ne trouvent, pour le moment, que des réponses floues. Avant le lancement des grèves tournantes qui toucheront l’ensemble du pays, la mobilisation ne faiblit pas et les gouvernements – tous niveaux confondus – ne sont pas au bout de leurs peines…